21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 22:22

Jean MASSOULIE, neurobiologiste, nous a quitté le 12 décembre 2011, à l'âge de soixante treize ans. D'abord élève à Normale Sup, il s'éloigna un moment de la rue d'Ulm pour découvrir le monde des acides nucléiques - la structure de l'ADN  avait été découverte peu d'années auparavant - auprès de Marianne GRUNBERG-MANAGO puis lors de son séjour dans le laboratoire de Jacques R. FRESCO à Princeton University (NJ, USA) en 1960-1961. Comme le raconte un de ses vieux amis présent à cette époque à Princeton - Wilhelm GUSCHLBAUER -  "Jean a commencé avec des triples brins entre une chaîne d'acide polyadénylique et deux autres d'acide polyuridylique" et de rajouter ensuite que sa première expérience en neurobiologie date aussi de cette époque là.

Par la suite, JEAN MASSOULIE rejoindra à nouveau l'Ecole Normale Supérieure pour créer le laboratoire de Neurobiologie avec deux collègues qui formeront avec lui un "trio de choc" - Hersch Mordechai GERSCHENFELD et Philippe ASCHER.

Le laboratoire de Neurobiologie de l'ENS dès sa création, et pendant les années consécutives, comprendra un fort contingent d'électrophysiologistes  et une petite équipe rassemblée autour de Jean qui sera appelée "l'équipe des biochimistes".

L'apport majeur de Jean MASSOULIE va concerner dans un premier temps la mise en évidence du polymorphisme de l'acétylcholinestérase.

Il va surtout l'étudier à la jonction neuromusculaire des vertébrés où cette enzyme est très fortement concentrée et assure l'hydrolyse de l'acétylcholine participant de ce fait  à la régulation de la durée d'activation du récepteur de l'acétylcholine.

Il ne cessera point par la suite de s'intéresser à cette enzyme, qui est un objet d'étude assez exceptionnel, en s'attachant non seulement à l'étude des relations structure-fonction, ce qui était permis par l'apport des techniques de biologie moléculaire et la cristallographie, mais également  aux pathologies humaines liées à des anomalies de l'acétylcholinestérase.

 

Jean_2008.JPG


Jean Massoulié le 27 septembre 2008 en Salle Dussane (ENS, Paris) à l'occasion du Jubilé donné en son honneur et en l'honneur de Patrick Masson pour "40 ans de recherche sur les cholinestérases, découvertes fondamentales et applications dans le domaine de la santé" - Crédits photo: Eric KREJCI

 

Ainsi qu'il aimait à le rappeler en citant une remarque des organisateurs du deuxième congrès international sur les cholinestérases (Bled, 1983) "Les scientifiques de nombreux pays - chimistes, biochimistes, biologistes cellulaires, physiologistes, cliniciens, neuroscientifiques, toxicologistes - ont débattu sur une seule enzyme. Cela, assurément, ne pouvait être réalisé à une telle échelle qu'avec la cholinestérase".

 

ENS_2008.JPG


Quelques uns des participants de la journée du 27 septembre 2008 à l'ENS.

Jean Massoulié - au premier rang - en sixième position en partant de la gauche.

Crédits photo: Eric KREJCI

 

 

Jean MASSOULIE a occupé une place centrale au sein de la communauté scientifique internationale engagée dans l'étude des cholinestérases. Il savait rassembler, mettre en contact, encourager les idées nouvelles qu'elles viennent de ses étudiants, des membres seniors de son équipe ou de ses collègues français et étrangers. Son laboratoire a souvent accueuilli des chercheurs et étudiants étrangers venant des quatre coins du monde, .et lui même, grand voyageur, n'hésitait pas à partir fort loin retrouver des collègues devenus ses amis.


 


Partager cet article

commentaires