8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 21:49

La biologie synthétique est un nouveau champ de recherche basé sur des principes d'ingénierie dont le but est  l'utilisation de machines biologiques pouvant mettre en oeuvre de nouvelles fonctionnalités qui n'existent pas dans la nature.

La révolution conceptuelle en biologie est comparable à ce qui s'est produit pour la chimie lorsque celle-ci est passée de la simple utilisation d'alambics à la chimie de synthèse. 

La biologie synthétique pourrait bien, dans un proche avenir, apporter bien plus de modifications dans notre mode de vie que n'a pu le faire la chimie de synthèse.

Au cours des 30 dernières années, la biologie moléculaire a privilégié l'approche réductionniste. Cependant le champ des connaissances se développant de nouvelles questions ont été posées. Les limites de l'approche réductionniste sont alors apparues. Les biologistes se sont intéressés aux interrelations et aux interactions, la biologie des systèmes s'est développée en s'appuyant sur des technologies de plus en plus performantes: modélisations, bio-informatique, imagerie...
 

DNA: The Ultimate Nanomachine
Crédits: Case Western Reserve University


Le niveau actuel des connaissances en biologie, génétique, biochimie, biologie des systèmes... est désormais suffisant pour donner le jour à la biologie synthétique.

La biologie synthétique ne se contentera pas d'expliquer ou de reproduire le comportement des systèmes biolgiques naturels, mais elle participera plutôt à la construction, la synthèse de nouveaux systèmes biologiques.

Ainsi qu'il est dit sur le
Wiki Biologie synthétique : "Avec la volonté me mettre en application les méthodes et connaissances nouvelles issues des grands programmes de séquençage et alliées aux nanotechnologies, la biologie synthétique promet pour les années à venir un potentiel considérable d'avancées scientifiques, d'applications industrielles et d'usages thérapeutiques."

Cependant un certain nombre de risques sont également présents, comme l'utilisation de telles machineries biologiques à des fins criminelles par des individus déséquilibrés ou des groupuscules extrémistes. Il y a abondance d'informations techniques facilement accessibles sur le Net, tout comme il est possible d'obtenir la synthèse de séquences ADN à la demande auprès de compagnies spécialisées.

Ce qui faisait dire à Oliver MORTON, en 2005, dans le New York Times:


"
Mais pour inciter (la mise en place) de tels débats auprès des publics les plus larges, les biologistes eux-mêmes devront avoir envie de réfléchir et de parler des technologies toujours plus puissantes qu'ils utilisent de plus en plus dans leur laboratoire. 

Les biologistes ont tendance à supposer que leurs études sont de manière inhérente (même si indirectement) avantageuses; ils pensent que la connaissance de la manière dont la vie fonctionne est le fondement de tout progrès médical, et qu’une telle poursuite mérite plus ou moins le soutien inconditionnel de la société de façon générale. Le côté sombre de leur force -- le potentiel pour interrompre et corrompre la vie qui découle de la recherche biologique -- reçoit rarement leur attention."

 


Lien externe en rapport avec cet article:

 
- Initiative européenne
 e-conférence sur la biologie synthétique - questions sociétales et éthiques


Articles en lien sur ce blog:


- Le scientifique, l'information du public et la réflexion éthique:


  The Responsibility of Science. Plaidoyer pour un comportement éthique des scientifiques

 

Neuroimagerie fonctionnelle et neuroéthique

 

- Le génome humain - Human Genome Project:


Le patrimoine de l'humanité. Le génome humain et les droits de l'homme

 

Partager cet article

commentaires

Gabriel Sendrowicz 11/06/2008

Je suis un vrai béotien. Quelles modifications concrêtes sont prévisibles dans un proche avenir?

Damifont 23/06/2008

Ne devrait-on pas parler d'ingenierie du vivant plutôt que de biologie synthetique?

Alain ANSELMET 23/06/2008

Non ce ne serait pas judicieux,car l'expression "ingéniérie du vivant" est déjà utilisée pour désigner l'ensemble des techniques dans le domaine des biotechnologies, y compris, par exemple, l'utilisation de fermenteurs pour produire des biomolécules pour l'industrie pharmaceutique. L'approche "biologie synthétique" est donc entiérement différente.

Flo 10/07/2008

Ce que dit Morton est un peu alarmiste et futuriste, les bioterroristes n'ont pas besoin d'outils aussi compliqués lorsqu'une toxine suffit.

Alain ANSELMET 13/07/2008

Ce que dit Oliver Morton n'est pas "alarmiste" dans le sens où il décrirait une série de catastrophes inévitables par suite de l'avancée des connaissances. Dans les quelques lignes que nous pouvons lire dans ce billet, il fustige davantage les biologistes qui portent des "oeillères" - ce qui ne permet de voir, ni à droite, ni à gauche - ou des lunettes "roses" - qui donnent une couleur différente au monde qui les entoure -. En gros il leur demande d'élargir leur réflexion, sur l'objet de leurs travaux, à autre chose que la simple résolution des problèmes techniques.